Acheter un véhicule électrique d’occasion: ce qu’il faut savoir !

Acheter un véhicule électrique d’occasion: ce qu’il faut savoir !

Si il y a bien une technologie qui connait un réel essor, c’est la voiture électrique. Evoluant d’année en année à coup de batteries plus performantes et de technologies avant-gardistes, la voiture électrique d’aujourd’hui gagne en arguments : et celle d’hier aussi !

La technologie évolue rapidement, et ce qui était novateur hier est un standard aujourd’hui. Ainsi, il est facile de trouver sur le marché de l’occasion des véhicules électriques peu kilométrés, en très bon état et à prix cassés !

Faut-il acheter un véhicule électrique d’occasion ? Quels sont les critères de choix à prendre en compte ? Que valent-ils vraiment à l’usage ? Nous allons vous aider à vous faire une opinion.

 

Sommaire

 

I/ Les différentes générations de véhicules électriques

II/ Les points à vérifier

III/ Ce qu’il faut retenir

 

I/ Les différentes générations de véhicules électriques

1/Un peu d’histoire

Contrairement à ce qu’on pourrait penser : non, la voiture électrique n’est pas une innovation du 20eme siècle !

Loin de là, puisque l’on doit l’invention du premier véhicule léger électrique à Robert Anderson, tenez-vous bien,  en 1832 ! Cette technologie évoluera et connaîtra une forte côte de popularité aux côtés des véhicules à vapeur, jusqu’à la découverte, dans les années 20, de puits de Pétrole dans le Texas.

Dès lors, cette technologie se marginalisera. Elle refera quelques apparitions notables, notamment en Europe durant la 2nde guerre mondiale pour faire face à la pénurie de carburant.

Plusieurs ingénieurs un peu fou tenteront de remettre au goût du jour la voiture électrique dans les années 60 et 70. Coûteuses et douteuses, trop en avance sur leur temps, malgré un contexte économique et environnemental favorables, trop chères ou pas assez performantes, elles ne rencontreront pas le succès à cette époque.

Et pourtant elles présentaient les bases des véhicules électriques d’aujourd’hui (il faut avoir la chance d’arriver au bon moment en matière d’innovation technologique !).

2/ 1990 : la vraie apparition du véhicule électrique.

Il faut attendre les années 90 pour voir apparaître sur nos marchés des véhicules électriques. Le parc est composé alors majoritairement de 106, Saxo, Clio, Partner, Berlingo, Kangoo, et de plus rares Seer Volta, AX, C15, et Express électrifiés.

Ces véhicules, à l’autonomie symbolique ne dépassant pas les 100 km, aux performances relativement mauvaises et au prix d’achat encore trop élevé, ne constitueront pas d’alternatives fiables face à des modèles thermiques nettement plus performants et moins chers à l’achat.

  • Faut-il acheter un de ces modèles aujourd’hui ?

Aujourd’hui, l’achat d’un tel véhicule se fait plus dans une optique de collection. Bien que peu cotées (comptez 2000 à 3500€ pour un véhicule électrique de première génération en parfait état), leurs technologies fragiles et méconnues en font des véhicules difficiles à entretenir.

3/ Années 2000 : une technologie de rêve

Au milieu des années 2000, de plus en plus de constructeurs comprennent les enjeux de la voiture électrique.

Ainsi, on verra l’émergence de nouveaux constructeurs, comme Tesla avec la Roadster dévoilée en 2006, le retour prometteur d’anciens constructeurs comme Venturi avec la Fétish la même année, et des concept-cars prometteurs comme la Peugeot Flux

Les années 2000 verront aussi l’émergence de nouveaux concept-cars, plus populaires, révélateurs d’une volonté de révolutionner la mobilité. La plupart des constructeurs automobiles présenteront lors des évènements automobiles le résultat de leurs bureaux d’études : tantôt idylliques, tantôt concrets, avec par exemple le concept-car Mitsubishi I, qui donnera naissance à la I-Miev et à ses jumelles plus connues chez-nous : les Citroën C-Zéro et Peugeot Ion !

Offrant une autonomie d’environ 130 km, elles figureront parmi les premières offres viables de véhicules électriques. Malgré un prix d’achat élevé (25 à 30 000€ environ à l’époque), elles se vendront relativement bien.

Sur le marché d’aujourd’hui, il est possible d’acquérir l’un de ces véhicules pour moins de 6000€. Economiques à l’usage, leurs technologie est relativement fiable et moins compliquée que sur les véhicules électriques de génération précédente.

De nombreux autres véhicules électriques marqueront le début des années 2010, par leurs technologies embarquées viables et suffisamment performantes pour s’inscrire dans le paysage automobile. Nissan Leaf, Renault Zoé, Bolloré Bluecar : offrant une autonomie réelle supérieure à 100km et se rapprochant même des 200km.

4/ L’avenir pour le véhicule électrique

Contrairement aux premières générations de véhicules électriques, les premières Renault Zoé ou Nissan Leaf rencontreront un réel succès. Sans être des best-sellers pour autant car les ventes de véhicules électriques ne constituent pas (encore) la majorité des ventes des constructeurs !

Ce succès d’estime incitera les constructeurs à faire évoluer leurs modèles : la Zoé et la Leaf auront droit à des batteries plus performantes. Notamment pour faire face à la concurrence féroce des Volkswagen e-Golf et e-up!, Mini Electric, et des récentes et prometteuses e-208, Dacia Spring et Fiat 500e, pour ne citer que les citadines et compactes.

Car le succès de ces première Leaf et Zoé ouvrit la voie à une électrification plus importante dans la gamme des constructeurs : Renault par exemple, en plus de la Zoé, propose des déclinaisons électriques des Kangoo, Master en plus de la Twizy, le petit quadricycle urbain électrique.

En parallèle, l’engouement grandissant pour les véhicules électriques engendra également des modèles premium : Fisker avec sa limousine sportive Karma, et surtout Tesla avec sa Model S prouvèrent qu’un véhicule électrique pouvait être endurant, fiable, et crédible face aux antiques 6, 8 et 12 cylindres qui équipent alors la majorité des limousines haut de gamme.

Aujourd’hui, le consommateur n’a que l’embarras du choix parmi les véhicules électriques neufs et d’occasions. Utilitaires, citadines, compactes, berlines, limousines, et même supercars, de nombreuses questions se posent alors au moment de passer à l’électrique !

Retour au sommaire

II/ Les points à vérifier

On n’achète pas un véhicule électrique sans mener une réflexion sérieuse et poussée sur son besoin, ses usages, les contraintes inhérentes à ce type de véhicule…  Avant de vous lancer, il est primordial de connaitre les points à vérifier sur un véhicule électrique.

1/ Pour un budget de moins de 6000€

Oui, même avec un maximum de 6000€ en poche il est possible d’acheter un véhicule électrique viable et utilisable au quotidien.

Pour ce budget, vous trouverez majoritairement des citadines et utilitaires de plus de 5 ans, parfois avec un contrat de location de batterie. La batterie constitue l’élément le plus cher de la voiture. Certains constructeurs comme Renault proposent donc leurs véhicules électriques intégralement à l’achat ou avec la possibilité de louer la batterie, contre un versement mensuel allant de 74 à 124€ (ces dispositions sont en train de changer, renseignez-vous bien auprès du constructeur avant de vous lancer). Bien que moins économique sur le papier qu’un achat intégral du véhicule, dans ces formules la batterie n’appartient pas à l’utilisateur, obligeant donc le constructeur à garantir la batterie durant toute la vie de l’auto. Les batteries sont généralement remplacées par le constructeur quand leur capacité initiale est inférieure à 75%.

 

A – Les premières Peugeot Ion et Citroën C-Zéro : un achat sûr

Avec un prix moyen stagnant aux alentours des 5 à 6000€ pour les premiers modèles, la C-Zéro et sa jumelle sochalienne Ion ne manquent pas d’arguments pour convaincre. Rarement kilométré, offrant une autonomie d’environ 130km réels, pour ce budget vous pouvez avoir un véhicule propre et prêt à rouler sans frais à prévoir. Veuillez toutefois à vérifier que l’historique est complet : si la batterie a déjà été remplacée, si le véhicule a bénéficié des rappels orchestrés par le constructeur pour apporter des correctifs au véhicule.

 

 

B – Les premières Renault Zoé : le dilemme

Avec l’évolution constante des véhicules électriques, les véhicules précurseurs d’hier sont les plus sujets à la décote. Ainsi, oui il est possible de trouver une Renault Zoé en parfait état et pour un budget serré. Attention cependant, généralement, les Zoé affichées à ces prix sont soumises à la location de batterie. Comme dit plus haut, ce dispositif a ses avantages et ses inconvénients. Notez toutefois qu’il est possible de racheter à Renault la batterie pour se libérer du contrat de location. Généralement, les Zoé dans ce budget étant des modèles âgés de quelques années, un rachat de la batterie n’excèdera que rarement les 2 à 3000€.

 

 

C – Les Bollorés Bluecar : à acheter en connaissances de cause

Vous-vous souvenez sûrement des Autolib’ parisiennes ! Ces voitures électriques, des Bollorés Bluecar mises en autopartage de 2011 à 2018 dans la capitale, offraient au Parisien une alternative économique à l’achat ou la location d’une voiture. Après ces années de bons et loyaux services, ces Bollorés Bluecar furent recyclées ou revendues à des particuliers.

Avec une autonomie constructeur donnée à 250km, et un tarif plancher n’excédant que rarement les 5000€, ces ex-Bluecar parisiennes ont subi une cure de jouvence pour rattraper les aléas de la conduite parisienne. Les véhicules, reconditionnés pour la plupart, sont donc rarement en mauvais état, et en cas de problème les pièces sont disponibles.

Attention toutefois, si l’autonomie réelle est généreuse, la Bluecar se décharge quand elle n’est pas branchée, et si par malheur la batterie venait à être totalement vide, vous devrez faire appel à un technicien pour la débloquer. A acheter en connaissances de cause donc.

 

D – Les Kangoo Z.E La Poste : pour bricoleurs !

Vous les avez sûrement repérés : avec leur teinte jaune caractéristique, les Kangoo Z.E La Poste figurent parmi les véhicules électriques modernes les moins chers du marché. Avec une autonomie réelle d’une grosse centaine de km, l’achat d’un Kangoo Z.E. ex-la poste peut se montrer comme une alternative convaincante et économique face à d’autres utilitaires d’occasion comme la Nissan e-NV 200. Attention toutefois, si le prix d’appel de ces véhicules, relativement bas peut s’avérer convaincant, ces véhicules ont souvent des frais à prévoir pour reprendre la route en sécurité.

Comme il partage beaucoup de pièces avec le Kangoo thermique, nous vous conseillons, avant d’acheter ce type de véhicule de présenter à votre garagiste le contrôle technique établi par le vendeur ainsi que la liste des défauts indiqués et constatés.

 

2/ Pour un budget de 6 à 12 000€

Avec un budget allant  de 6 à 12 000€, vous aurez accès à des véhicules électriques plus aboutis, plus modernes et moins contraignants.

Notamment la première Leaf et la Zoé. Vous n’aurez que l’embarras du choix. Si vous préférez un véhicule plus gros, orinetez-vous vers la Fluence Z.E, facilement dénichable à moins de 8000€, y compris pour les derniers modèles.

Les amateurs de citadines chic et d’occasions récentes auront également l’embarras du choix : Smart Fortwo électrique, Volkswagen e-up!, Citroën e-Méhari, Bolloré Bluesummer, Kia Soul Electric,…

Du côté des utilitaires, vous aurez cette fois accès à des véhicules en bon état : Citroën e-Berlingo, Peugeot e-Partner, Renault Kangoo Z.E et Nissan E-NV200 seront vos principaux choix possibles.

 

A – La Nissan Leaf : le choix de la raison

Avec une offre conséquente sur le marché de l’occasion, la Nissan Leaf est assurément l’un des meilleurs choix possible pour ce budget. Fiable, bien conçue, la Leaf est une compacte produite depuis 2010 par Nissan. Avec un ticket d’entrée moyen d’environ 8000€ à 9000€ sur le marché de l’occasion pour la 24kwh, nous vous recommandons toutefois de vous diriger vers une 30kwh. La différence de prix entre les 2 est d’environ 1000€, et, bien que la 24kwh soit une excellente voiture, avec une autonomie d’environ 200km, la 30kwh gagne en puissance et en autonomie, avec une capacité d’environ 250km et une recharge plus rapide. La finition Acenta étant la mieux équipée de la gamme (climatisation régulée, GPS couleur, caméra de recul,..), nous vous recommandons également de vous diriger vers cette finition.

Avant d’acheter une Leaf en 24kwh ou 30kwh, comme pour tout véhicule électrique, vérifiez l’état de la batterie. Notamment sur la 30kwh, dont la batterie a tendance à s’user plus rapidement dans le temps que sur la 24kwh. Si, à pleine charge le véhicule affiche une autonomie anormalement basse, fuyez. Vérifiez également l’historique, si la batterie a déjà été remplacée, si le véhicule a bénéficié de rappels,…

 

B – Renault Zoé : des modèles plus performants

Autant le dire maintenant : c’est entre 6 et 12 000€ que vous trouverez le plus de Renault Zoé d’occasion. Pour cette large fourchette, vous aurez le choix : avec ou sans contrat de location de batterie. Vous aurez alors accès à un large panel de véhicules, les moins chers étant des exemplaires de 2013 – 2014 avec contrat de location de batterie. Les plus onéreuses, des exemplaires de 2017 ou 2018 avec contrat de location de batterie.

Si toutefois le contrat de location de batterie vous rebute, il est possible de trouver également des Zoé avec batterie, un peu plus anciennes (2015 – 2016) dans cette gamme de prix. Vous ne serez donc pas soumis aux contraintes de la location, mais ne bénéficierez également pas du remplacement de la batterie à la charge de Renault en cas de problème.

Au niveau de l’autonomie, si les premières Zoé affichent une autonomie de 160 à 200km en condition normale, les exemplaires plus récents peuvent parcourir jusqu’à 300km ! A vous donc de peser le pour et le contre des nombreux choix qui s’offrent à vous.

 

C – Kia Soul Ev : La plus pop des électriques !

Amateurs de citadines branchées, celle-ci est faite pour vous ! Lancée en 2014, la côte des premières Kia Soul EV a chuté, notamment depuis que le constructeur Coréen a dévoilé sa remplaçante, la e-Soul. Grâce à son design cubique, le Kia Soul Ev fait la part belle à ses occupants, en proposant un intérieur vaste, spacieux et ergonomique. Côté autonomie, le véhicule affiche une autonomie d’environ 170km pour la 27kwh et 200km en 30kwh. Attention toutefois, ce budget peut être serré : de 10 à 12 000€, vous trouverez majoritairement des exemplaires modérément kilométrés  (50 – 80 000km) de 2014 – 2017.

 

 

D – Nissan E-NV200 : la plus spacieuse

Que l’on cherche l’utilitaire ou sa déclinaison familiale « Evalia », les 2 véhicules se trouveront dans ce budget. Commençons par la déclinaison « fourgon ». Celui-ci existe avec et sans porte latérale. Toutefois, la différence de prix entre les 2 est symbolique, pour ne pas dire inexistante. Comptez en général 8 à 11 000€ suivant l’année, l’état et le kilométrage du véhicule. La variante Evalia, existant en 5 et 7 places est un peu plus onéreuse (9 – 13 000€) suivant l’âge, l’état et le nombre de places.

Avant d’acheter, gardez toutefois en tête que, contrairement à la Leaf, la Nissan E-NV200 n’a pas bénéficié de la batterie 30kwh. Avec sa batterie 24kwh vous pourrez parcourir environ 170km.

 

3/ de 12 à 20 000€

Avec une telle enveloppe pour l’achat d’un véhicule électrique d’occasion, vous avez accès à de beaux modèles. BMW i3, Smart Fortwo électrique, Nissan Leaf 40kwh, ou encore Volkswagen e-golf, vous ne manquerez pas de choix !

Du côté des utilitaires, les bonnes affaires sont à saisir du côté de Peugeot et Citroën. Les e-Partner et e-Berlingo ont vu leur côte s’effondrer depuis l’apparition de leurs nouvelles générations !

A – BMW i3 : Le futur c’est maintenant

Dévoilée en 2013, la BMW i3 n’est plus toute jeune. Heureusement, elle a très bien vieilli, et, si sur le marché du neuf son prix frôle les 40 000€ hors prime déduite, elle devient tout de suite plus intéressante sur le marché de l’occasion !

Pour cette fourchette de prix, beaucoup de phase 1 peu kilométrées se présenteront à vous, et à partir de 12 000€ pour les exemplaires les plus kilométrés (+/- 75 à 80 000km).

En portant votre budget à 17 – 20 000€, vous pourrez parfois trouver des i3 bénéficiant du prolongateur d’autonomie. La BMW i3 s’est en effet vu proposée dans une improbable mais réussie version hybride, combinant son moteur électrique avec un petit bicylindres 650cm3. Cette version, rare, a été stoppée en 2018.

 

B – Volkswagen e-golf : ne doutez pas d’elle

On peut douter de tout, mais pas de sa Volkswagen : si l’iconique slogan de la marque est resté ancré dans la mémoire collective, il s’applique parfaitement à la e-golf . Dévoilée en 2013, nous vous conseillons, si possible, de vous tourner vers une phase 2 (véhicules d’après Novembre 2016). Avec une puissance de 136ch et une autonomie d’environ 200 à 250km, la phase 2 est plus aboutie, plus efficace et plus utilisable que la phase 1.

Avec un prix oscillant entre les 14 et les 19 000€ suivant le kilométrage, sa côte a bien baissée depuis l’arrivée de la 8ème génération de Golf… Et devrait peut-être même encore chuter dans les mois à venir quand Volkswagen la remplacera, une bonne affaire donc.

 

 

C – Nissan Leaf : la référence ?

Si l’ancienne Nissan Leaf est une excellente voiture, présentant des performances encore d’actualité, la nouvelle Leaf 40kwh est une pépite. Complètement redessinée, la Leaf de 2ème génération marque un tournant radical dans l’histoire de Nissan. Et pour cause : outre le design entièrement revu et actualisé, la nouvelle Leaf offre jusqu’à 378km (250 à 300 km en condition d’utilisation normale) d’autonomie ! L’intérieur bénéficie lui également d’un bon ravalement de façade et dispose d’équipements haut de gamme, comme les sièges chauffants sur les meilleures finitions.

Vous trouverez pléthore de modèles sur le marché aux alentours de 15 à 17 000€ suivant le kilométrage et la finition du véhicule.

 

D – Peugeot e-Partner et Citroën e-Berlingo: le temps des affaires !

Avec l’arrivée des nouvelles générations, les anciens e-Partner et e-Berlingo ont connu une forte décote. Ce sont pourtant d’excellents véhicules, affichant près de 170km d’autonomie  en condition réelle. Sur le marché de l’occasion, vous pouvez vous permettre d’être exigeant avec un tel budget : à partir de 12 000€, vous trouverez des exemplaires de 2018 à 2020 très peu kilométrés et bénéficiant même d’une garantie constructeur pour le haut du panier !

 

 

4/ Plus de 20 000€

Si vous avez un tel budget en poche pour l’achat de votre prochain véhicule électrique, faites-vous plaisir ! Au-delà de 20 000€, vous vous ouvrez à des véhicules proches du neuf : la ds3 Crossback E-tense par exemple, qui apparait timidement sur le marché de l’occasion.

A partir de 40 000€, vous pourrez envisager de vous diriger vers une Tesla Model 3 récente ou Model S plus âgées. Les amateurs d’exotisme apprécieront également la rare et exclusive Fisker Karma, trouvable pour le même type de budget. Si toutefois le mot « plaisir » vous tient réellement à cœur, sachez qu’Audi et Mercedes-Benz ont chacun décliné leur modèle phare, la R8 et la SLS AMG en de très performants véhicules électriques. Avec un prix neuf frôlant le million d’euro pour la première, et titillant les 420 000€ pour la 2nde, vous aurez au moins l’assurance d’avoir un véhicule rare et collector !

 

Retour au sommaire

III/ Ce qu’il faut retenir

Maintenant, vous le savez: l’achat d’un véhicule électrique ne s’improvise pas ! Que vous recherchiez une Renault Zoé, une Volkswagen e-Golf ou une BMW i8, le conseil clé de tout ça, nous ne vous le dirons jamais assez: renseignez-vous !

Les véhicules électriques de ces 15 dernières années sont globalement fiables et suffisamment âgés pour avoir un recul objectif quand à leurs fiabilité et usure dans le temps. Avec peu de pièces en mouvement dans le moteur, les pannes mécaniques sont limitées sur ces modèles.

Toutefois, rapprochez-vous de forums, clubs ou groupes de propriétaires de ces véhicules, prenez connaissance des problèmes connus sur ces voitures. La batterie représente généralement la partie la plus coûteuse de la voiture électrique: veillez bien à ce que l’autonomie affichée à pleine charge soit cohérente avec l’autonomie constructeur.

Enfin, et ce conseil vaut également pour l’achat de tout autre véhicule : privilégiez les beaux exemplaires, soigneusement entretenus et avec un historique complet: il vaut mieux s’offrir une Nissan Leaf un peu au dessus de la côte, mais en très bon état et rigoureusement entretenue qu’une voiture de gamme supérieure négligée.

3 comments

Comments are closed.